Nos tutelles

CNRS Université de Toulouse

 

Le réseau des MSH

Réseau national des MSH

Rechercher



Langue            

Réseaux sociaux

Actualités Appels à Projets

Téléchargez la dernière Newsletter
du Service Partenariat et Valorisation
de la MSHS-T :
WHAT’S APPELS






Accueil du site > Accueil > Actualités

INSHS : « La pandémie interroge notre façon de faire de la recherche en SHS »

INSHS : « La pandémie interroge notre façon de faire de la recherche en SHS »

Un rapport de recherche, fondé sur les contributions de plus de 70 collègues de différentes disciplines SHS, montre que la recherche en sciences humaines et sociales s’est massivement mobilisée durant la pandémie de Covid-19.

Ses coordinateurs scientifiques :
- Marie Gaille, philosophe et directrice adjointe scientifique de l’INSHS,

- Philippe Terral, et le sociologue, professeur à l’Université Toulouse Paul Sabatier – partagent les enseignements de cette période particulière.

L’INSHS vient de publier un rapport intitulé « Les sciences humaines et sociales face à la première vague de la pandémie de Covid-19 – Enjeux et formes de la recherche », disponible en ligne.
Quels en sont les messages clés ?


- Philippe Terral :

Professeur de sociologie au Centre de recherches sciences sociales, sports et corps (Université Toulouse Paul Sabatier), directeur adjoint de la Maison des sciences de l’Homme et de la société de Toulouse et point de contact avec l’initiative HS3P-CriSE au sein du Réseau national des Maisons des sciences de l’Homme.


Dans ce rapport, nous avons essayé de réaliser le travail de compilation et d’agrégation interdisciplinaire, nécessairement non exhaustif, qui manque souvent aux travaux en SHS, afin notamment d’éclairer les décideurs et les citoyens.

Tout en considérant qu’elles ont bien sûr également besoin de creuser leurs sillons disciplinaires, l’enjeu est ici de rendre les recherches en sciences humaines et sociales collectivement visibles et lisibles, et de présenter ce que ces sciences peuvent dire sur la crise que nous traversons. Il y a eu un mouvement fort de nos collègues qui souhaitent que leurs travaux servent.

- Marie Gaille :

Directrice de recherche CNRS en philosophie au laboratoire SPHERE (CNRS/Université de Paris), Marie Gaille est directrice scientifique adjointe de l’INSHS depuis 2014 et co-directrice de l’Institut thématique multi-organisme Santé publique d’Aviesan.


Ce rapport fait état des connaissances et aussi des questions de recherche qui restent à instruire. Il examine également la manière dont la pandémie interroge notre façon de faire de la recherche en SHS : au-delà des dynamiques sur les sujets, elle a aussi contribué à ce que les principes de science ouverte se diffusent et elle a poussé les scientifiques à inventer de nouveaux dispositifs méthodologiques pour leurs enquêtes en temps de confinement ou dans des terrains difficiles d’accès (Ehpad, sociétés politiques non démocratiques/autoritaires, etc.).

Les dispositifs de collaboration entre disciplines ont aussi été renforcés, avec des explorations plus audacieuses que de coutume, par exemple entre économistes et épidémiologistes sur la modélisation de l’incertitude, c’est-à-dire aussi avec des disciplines extra-SHS.

Cette crise amène la société et les personnes à se poser des questions fondamentales, sur la valeur de la vie par exemple, mais aussi à faire des choix de société, sur l’éducation des jeunes, les mesures pour l’emploi, la culture, les politiques de protection sociale et sanitaire, la place de l’expertise, etc.
Elle est un objet de recherche qui balaye tous les aspects de la vie, un « fait social total » qui a été abordé à travers plusieurs filtres sanitaires, économiques, politiques. C’est important à prendre en compte pour le présent et pour l’analyse des conséquences, car cette pandémie oriente les choix de société futurs sur le changement climatique, l’environnement, nos relations aux espèces animales, la place des groupes vulnérables dans la société et l’enjeu de leur capacité à décider pour eux-mêmes, etc.

Lire la suite ...