Nos tutelles

CNRS Université de Toulouse

 

Le réseau des MSH

Réseau national des MSH

Rechercher



Langue            

Réseaux sociaux

Actualités Appels à Projets


Téléchargez la dernière Newsletter
du Service Partenariat et Valorisation
de la MSHS-T :






Accueil du site > Plateformes > Plateformes d’Expertise

IRCOT
Initiatives de Recherches COllaboratives Toulouse


Plateforme d’expertise sur le site l’Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées (UFTMiP).

Les collaborations entre acteurs non académiques et des équipes de recherche sont trop souvent réduites à l’idée de contrats avec des industriels ou au dépôt de brevets. Or, il existe de multiples autres formes adaptées aux échanges avec des citoyens (individuellement ou collectivement) sans impliquer nécessairement de contrepartie financière.

Recenser ces formes de collaboration et mieux les comprendre est indispensable pour en faire reconnaître l’importance et l’intérêt autant pour le monde de la recherche que pour les individus ou les collectifs qui l’utilisent ou la discutent.

Alors que les relations Sciences-Industrie et Sciences-Politiques publiques sont déjà bien identifiées, celles qui relèvent davantage des collaborations entre Sciences et « société civile non marchande » (citoyens plus ou moins organisés et professionnalisés) ne bénéficient pas selon nous de la même attention.

Passées sous silence car à priori hors cadre (historiquement, peu de place dans les procédures d’évaluation (HCERES, CNRS, universités, …) des équipes et des chercheurs, même si cela semble changer), elles ont pourtant une portée scientifique, sociale et pédagogique non négligeable.

D’où l’intérêt de les rendre visibles au même titre que des dispositifs déjà existant comme par exemple l’Institut de la Ville, la plateforme IFERISS (Institut Fédératif d’études et de Recherches Interdisciplinaires Santé Société), ou encore le LDI (Le Laboratoire Des Idées), qui proposent des travaux sur des thématiques telle la ville, la santé, l’information et la communication, la mixité et la cohésion sociale, le travail…

A l’échelle de l’Université Fédérale de Toulouse, cette démarche menée par des chercheurs du Labex SMS, du LDI (Le Laboratoire Des Idées) et de la MSHS-T (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse)
, ne vise donc pas un recensement exhaustif mais plutôt une estimation de l’ampleur et de la nature de ces collaborations (modalités de mise en relation, dynamique de ces histoire de collaborations, …), tout comme des modes de (co)production et au partage de connaissances (définition des problèmes, des terrains et des objets, collecte de données, interprétation et analyse de ce matériau, diffusion et utilisation des résultats).

Si le principal objectif est d’observer de près des histoires de collaborations, soit le déploiement dans le temps et dans l’espace des relations entre chercheurs et « non chercheurs », cette démarche doit permettre de circonscrire la notion de recherche collaborative, de recenser les expériences, de mieux comprendre les processus socio-cognitifs qui caractérisent la mise en œuvre de ce type de recherches et de poser un cadre de réflexion quant à leur promotion.

L’enquête menée depuis 2018, donne à voir une cinquantaine de démarches collaboratives qui s’inscrivent autant dans le champ des SHS, Sciences humaines et sociales, que dans celui des Sciences et Techniques de l’Ingénieur.
Les premiers traitements montrent une grande diversité des approches et des façons de mener les recherches, notamment dans le partage des tâches entre chercheurs et non chercheurs.
Aussi, ce regard donne à voir à quel point ce type de collaboration favorise des configurations interdisciplinaires de chercheurs.


Cette démarche en cours alimente déjà un certain nombre de réflexions sur les relations entre la sphère académique et les différents mondes sociaux notamment autour des questions de la lisibilité et de l’accompagnement :

  • Y a-t-il lieu de favoriser de créer des dispositifs pour favoriser ce type de collaboration ? Si oui, lesquels ?
  • Comment mieux tracer / recenser ces collaborations ?
  • Qui doit financer et comment ?



Vous pouvez vous aussi contribuer à votre tour à cette démarche en témoignant sur vos expériences « collaboratives » via le lien ci-dessous.

Ce questionnaire vous prendra une quinzaine de minutes.
Nous vous remercions d’avance de votre collaboration et restons à votre disposition le cas échéant.

Lien vers le questionnaire en ligne.




Contact :
navereau [at] univ-tlse2.fr