Nos tutelles

CNRS Université de Toulouse

 

Le réseau des MSH

Réseau national des MSH

Rechercher



Langue            

Réseaux sociaux

Actualités Appels à Projets


Téléchargez la dernière Newsletter
du Service Partenariat et Valorisation
de la MSHS-T :






Accueil du site > Accueil > Actualités

Maison des Sciences de l’Homme du Pacifique :
Recrutement d’un.e post-doctorant.e

Maison des Sciences de l'Homme du Pacifique : Recrutement d'un.e post-doctorant.e

Le Gouvernement de la Polynésie française a confié à la Maison des Sciences de l’Homme du Pacifique (USR-2003 CNRS-UPF) et au CRESAT (Centre de Recherche sur les Sociétés, les Arts et les Techniques, EA 3436) un programme de recherche intitulé « Histoire et Mémoire des essais nucléaires en Polynésie française »

L’étude consiste à écrire l’histoire politique des essais nucléaires en Polynésie française et à mener des enquêtes de terrain pour enregistrer les souvenirs des populations concernées par l’existence du Centre d’expérimentations du Pacifique.

Le projet est placé sous la direction scientifique du Pr Renaud Meltz (Université de Haute-Alsace et directeur du CRESAT).

Dans le cadre de ce programme, la MSH-P/UPF recrute un.e post-doc pour une durée d’un an, du 1er juin 2019 au 31 mai 2020, dont 9 mois à Tahiti et 3 mois en France métropolitaine.

Ce poste est ouvert à des docteurs de différentes spécialités (histoire, sociologie, anthropologie, géographie).
Le post-doctorat sera principalement déployé sur le versant mémoriel du projet et il importe que le/la candidat.e ait l’expérience des entretiens et de leur exploitation.

  • Sur l’aspect mémoriel le/la post-doctorant.e devra :
  • Identifier et rechercher des vétérans du CEP et plus largement des personnes dont la vie a été liée à la nucléarisation de la Polynésie française, qu’il s’agisse de Polynésiens ou de métropolitains, et mener des entretiens avec eux.
  • Exploiter le corpus de témoignages rassemblant les entretiens qu’il/elle aura menés et ceux réalisés par le responsable du projet et plusieurs enquêteurs polynésiens, qu’il aura la responsabilité d’encadrer pendant la durée de son séjour à Tahiti. Cette analyse mobilisera des outils textométriques ; leur maîtrise préalable sera appréciée.
  • Sur le versant historique du projet, le/la post-doctorant.e mettra à profit son séjour en Polynésie pour participer à l’exploration et à l’exploitation des sources locales (archives territoriales, archives de l’Assemblée territoriale, archives des Eglises, etc.).

Au fil de ses recherches, le/la post-doctorant.e sera invité.e à alimenter une base de données participative offrant des informations sur le CEP (échos médiatiques, articles scientifiques, distillation de « Mururoa » dans la culture populaire) et appelant au témoignage.

Outre la maîtrise méthodologique des entretiens et de leur exploitation, et la capacité à travailler sur des archives, une connaissance du nucléaire ou, à défaut, des thématiques liées aux risques et aux controverses est souhaitable.

Une familiarité avec l’histoire et la culture polynésienne serait appréciée.
On attend des candidat.e.s non seulement une certaine autonomie, mais aussi une capacité à s’insérer dans un projet collectif mobilisant plusieurs enquêteurs, sur le versant mémoriel et des chercheurs du CRESAT et d’autres laboratoires, sur le versant historique.

Contact scientifique : renaud.meltz@uha.fr

Contact administratif : elisabeth.lance@upf.pf