Nos tutelles

CNRS Université de Toulouse

 

Le réseau des MSH

Réseau national des MSH

Rechercher



Langue            

Réseaux sociaux

Actualités Appels à Projets


Téléchargez la dernière Newsletter
du Service Partenariat et Valorisation
de la MSHS-T :






Accueil du site > Valorisation > Press Book, Interviews

@ la recherche du temps
Individus hyperconnectés, société accélérée :
tensions et transformations

@ la recherche du temps Individus hyperconnectés, société accélérée : tensions et transformations

Nicole AUBERT
aux éditions érès

Avec la participation de :

Anne BOISSEUIL, Sophie BRETESCHE, Fabrice BURLOT, Jean Bernatchez, Christophe Bouton, Pierre-Antoine CHARDEL, Monique DAGNAUD, Carine DARTIGUEPEYROU, Vincent DE GAULEJAC, Baptiste DETHIER, Johanna EDELBLOUDE, Olivier FOURNOUT, Quentin FROMENT, Simon GOTTSCHALK, Bernard GUY, Claudine HAROCHE, Francis JAUREGUIBERRY, Mathilde JULLA-MARCY, Jocelyn LACHANCE, Marc MENARD, André MONDOUX, Laurent MULLER, Bénédicte PIERRON, Christophe THIBIERGE, Nathanaël WALLENHORST

Avec la contribution de :
Jean-Philipe BOUILLOUD,
Isabelle FORTIER,
Yannick MEILLER,
Élisabeth TISSIER-DESBORDES

Dans la collection : Sociologie clinique.

Toute l’histoire de notre rapport au temps est marquée par une progressive accélération du rythme de la vie.

L’avènement des nouvelles technologies de la communication (mails, téléphones mobiles, Internet) et le triomphe du capitalisme financier, fondé sur une exigence de rentabilité à très court terme, ont entraîné trois façons nouvelles de vivre le temps : l’instantanéité, l’immédiateté et enfin l’urgence.

La nouveauté est là, dans le fait que l’urgence, autrefois cantonnée au domaine médical ou, parfois, au domaine juridique, a envahi le domaine économique et, par voie de conséquence, le registre de la vie professionnelle et celui de la vie personnelle.

Ce sont les fondements et les incidences de ce nouveau rapport au temps que les auteurs se proposent d’approfondir au niveau des individus, des groupes, des institutions et des entreprises, et dans différents domaines : la finance, la politique, l’économie, l’utilisation des technologies, les apprentissages…

A propos de l’auteur :
Nicole Aubert, sociologue et psychologue, est professeur émérite à ESCP Europe.


A propos du livre écoutez : La Grande table idées
Par Olivia Gesbert
du lundi au vendredi de 12h55 à 13h30
Gagner en vitesse, est-ce perdre du temps ?

En dépit d’une modernité tournée vers la vitesse, l’individu manque de temps. On analyse ce paradoxe avec Vincent de Gaulejac, sociologue, contributeur de l’ouvrage "@ la recherche du temps.
Individus hyperconnectés, société accélérée : tensions et transformations" (Éditions Erès, octobre 2018).

Dans le sillage de l’urbaniste Paul Virilio, penseur de la vitesse, et de la critique sociale du temps du philosophe allemand Hartmut Rosa, l’ouvrage @ la recherche du temps. Individus hyperconnectés, société accélérée : tensions et transformations (Éditions Erès, octobre 2018) dirigé par la psychologue Nicole Aubert, se penche sur les conséquences de l’injonction moderne et permanente à « accélérer » dans tous les domaines, du plus individuel au plus collectif. Avec des développements particulièrement intéressant sur les enjeux de l’accélération en démocratie et de l’exigence de performance jusque dans la vie privée.

"Plus on gagne du temps, moins on en a."
(Vincent de Gaujelac)

"Célébrer l’hypomodernité et pas seulement l’hypermodernité : retrouver cette société où on avait le temps d’écrire, de rêver, de n’avoir rien à faire."
(Vincent de Gaujelac)

Le sociologue Vincent de Gaulejac, professeur émérite de sociologie à l’UFR de Sciences Sociales de l’Université Paris - Diderot, contributeur de l’ouvrage, se penche notamment sur notre "société paradoxante" : en ces temps d’accélération et de modernité, le gain de temps engrangé par les technologies compresse notre temps et nous oblige à être plus performants en toutes circonstances, mettant à profit jusqu’aux moments de repos et de sommeil pour utiliser notre temps.

"Si tout le monde est hors du commun, que devient le monde commun ? "
(Vincent de Gaujelac)