Nos tutelles

CNRS Université de Toulouse

 

Le réseau des MSH

Réseau national des MSH

Rechercher



Langue            

Réseaux sociaux

Actualités Appels à Projets


Téléchargez la dernière Newsletter
du Service Partenariat et Valorisation
de la MSHS-T :


MSHS-T_Newsletter_Decembre_2018




Accueil du site > Valorisation > Press Book, Interviews

La radicalité sous main de justice.

FRANCE CULTURE

La radicalité sous main de justice.

La Grande table (2ème partie) par Olivia Gesbert. 06/09/2018.

La radicalité sous main de justice
Le podcast de l’émission (35 min.)

Les attentats et les départs vers la zone Irako-syrienne ont placé la question de l’islamisme radical au coeur du débat, nourrissant des analyses et des travaux à la méthodologie souvent lacunaire. Pour en parler, les universitaires Laurent Bonelli et Fabien Carrié.
Depuis les premiers attentats sur le sol français, et, plus particulièrement, dès 2015, les chercheurs se divisent sur le profil des radicalisés.
D’où viennent-ils ?
Quel est milieu social, leur cellule familiale ?
Pourquoi s’engagent-ils ou se laissent-ils séduire par une idéologie mortifère ?
S’agit-il d’une dérive religieuse ou d’une révolte politique ?

Les interprétations sont multiples et les querelles nombreuses chez les divers analystes qui se manifestent depuis que l’islamisme radical est porté au cœur du débat public.
Or pour que les analyses soient précise, la méthode même est à revoir, et beaucoup d’experts déplorent notamment un manque de données issues du terrain.
Il y a des dizaines de milliers de personnes dans notre pays dont la plupart ne passera jamais à l’acte. (Laurent Bonelli)

C’est dans cette optique méthodologique que le sociologue Laurent Bonelli, maître de conférences en science politique à Nanterre, et Fabien Carré, docteur en science politique, ont épluché une centaine de dossiers judiciaires de mineurs jugés ou en passe de l’être pour des départs en Syrie ou des tentatives d’attentat sur le territoire français.

Ces dix-huit mois de recherche ont fait l’objet du rapport « Radicalité engagée, radicalités révoltées » remis au ministre de la Justice, devenu le livre La fabrique de la radicalité (septembre 2018, Seuil).
Derrière cette enquête, l’envie de comprendre, non pas pour excuser, mais dans l’espoir évident de pouvoir empêcher ces jeunes de basculer et prévenir un passage à l’acte.

Contre cette tendance à amalgamer des comportements qu relèvent de la provocation et des comportements qui relèvent de l’engagement idéologique. (Laurent Bonelli)

La quasi-totalité des parents de jeunes djihadistes auxquels nous nous sommes intéressés n’ont pas vu venir la chose. (Fabien Carrié)