Nos tutelles

CNRS Université de Toulouse

 

Le réseau des MSH

Réseau national des MSH

Rechercher



Langue            

Réseaux sociaux

Actualités Appels à Projets


Téléchargez la dernière Newsletter
du Service Partenariat et Valorisation
de la MSHS-T :


MSHS-T Newsletter Mai-Juin 2018




Accueil du site > Accueil > Actualités

Colloque international "L’Armée dans la ville"

Les 18 et 19 octobre 2018 à Toulouse - Hôtel d’Assezat

Colloque international "L'Armée dans la ville"

Appel à communication : l’Armée dans la ville : forces en présence, architectures et espaces urbains partagés (XVIe-XIXe siècle)

du 20 mars 2018 au 11 mai 2018

POUR EN SAVOIR PLUS : Appel à communication.

Les propositions de communications (résumé de 1500 signes précisant le titre de la communication, les points forts de l’argumentaire et les sources qu’elle mobilise), accompagnées d’un court curriculum vitae (notice de 500 signes précisant le nom sous lequel l’intervenant souhaite être cité, un contact téléphonique, un courriel, son affiliation institutionnelle et son laboratoire de rattachement le cas échéant), sont à adresser au plus tard le 11 mai 2018 conjointement aux deux adresses suivantes :

nicolas.meynen@univ-tlse2.fr et emilie.dorgeix@u-bordeaux-montaigne.fr


L’ARMÉE DANS LA VILLE : FORCES EN PRÉSENCE, ARCHITECTURES ET ESPACES URBAINS PARTAGÉS (XVIE - XIXE SIECLE)

Colloque international sous la direction scientifique de :
Nicolas Meynen

Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA/UMR5136 CNRS
Émilie d’Orgeix
Bordeaux Montaigne, Centre François-Georges Pariset - EA 538.

En partenariat avec l’association Valoriser les Patrimoines Militaires et avec le soutien du Conseil régional Occitanie-Méditerranée.

Á l’articulation de l’histoire de l’architecture et des cultures urbaines civiles et militaires, ce quatrième colloque international du programme « Patrimoine militaire » initié en 2012 vise à renforcer les recherches sur la ville moderne et contemporaine en Europe par l’étude des interactions entre gouvernances militaire et civile, entre armée et populations urbaines dont les rôles et les besoins diffèrent.
Il se fonde sur le constat qu’il est aujourd’hui fondamental d’entreprendre la réécriture d’une histoire de la ville et de l’architecture encore dominée par des études essentiellement nourries de corpus documentaires civils.

L’état de la recherche illustre, en effet, combien cette inflexion historiographique a favorisé la création de catégories hermétiques, annihilant ou limitant artificiellement tant les interrelations constantes entre les acteurs en présence que les changements de formes, de typologies et d’usages de l’architecture et des espaces urbains.
Les cas d’hybridations et de métissages abondent pourtant, de la maison forte au logement des soldats chez l’habitant, des magasins à vivres-granges aux places d’armes-marchés sans oublier les esplanades-promenades, Champs-de-Mars-places publiques, portes de ville-cabarets, les fossés-viviers, glacis-vergers, bastions-potagers… autant d’espaces partagés, transformés, adaptés et appropriés tant par les populations civiles que militaires.
Vue de la promenade sur le glacis de l’esplanade de Metz le 1er juillet 1878). La ville contemporaine, quant à elle, poursuit aujourd’hui pleinement cette relation dialectique lors de reconversions, réhabilitations et réaffectations du patrimoine construit ou planifié par les militaires.
Casernes, corderies, hôpitaux, magasins, poudrières, portes de ville, forts et citadelles sont ainsi pleinement intégrés aux programmes de régénération urbaine.