Nos tutelles

CNRS Université de Toulouse

 

Le réseau des MSH

Réseau national des MSH

Rechercher



Langue            

Réseaux sociaux

Actualités Appels à Projets


Téléchargez la dernière Newsletter
du Service Partenariat et Valorisation
de la MSHS-T :


Newsletter_Novembre_2017




Accueil du site > Recherche > Prix de thèse

Prix de thèse 2014 de la MSHS-T

Le Prix de thèse de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse a été décerné cette année à Marco Heimann pour ses recherches portant sur «  Experimental Studies on Moral Values in Finance : Windfall Gains, Socially Responsible Investment, and Compensation Plans  »

Pour cette sixième édition du Prix de thèse de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse, 50 dossiers ont été présentés. Le jury a souligné l’excellence de ce travail tant par son originalité, son interdisciplinarité, le caractère novateur de la démarche et des résultats que pour ses qualités méthodologiques et réflexives.
Il a également été sensible au parcours du candidat qui obtient avec cette thèse un double doctorat en Sciences de Gestion et en Psychologie. Ses recherches se sont déroulées auprès d’unités de deux sites de la MSHS-T (Cognition, Langues, Langage, Ergonomie CLLE – UMR CNRS 5263, Université Toulouse – Jean Jaurès et Centre de Recherche en Management CRM - UMR CNRS 5303, Université Toulouse 1 Capitole).

Résumé de la thèse :
La thèse traite du problème de la prise de décision dans des situations complexes qui impliquent des valeurs économiques et morales.
Les Chapitres 2 et 3 introduisent les décisions morales en contexte économique en proposant les situations d’un intérêt empirique. Le sujet du chapitre 4 est l’Investissement Socialement Responsable (ISR).
L’objectif de la première série d’études est de restaurer la confiance dans les fonds communs de placement. Confiance perdue pendant les récentes difficultés rencontrées par le secteur financier.
Les principaux résultats suggèrent que les effets positifs de l’intégration de critères extra-financiers - comme cela se fait par exemple dans l’Investissement Socialement Responsable (ISR) - sont fortement tributaires de la similitude des valeurs de l’investisseur individuel et celles d’un fonds donné.
La seconde étude met en évidence les déterminants de recommandations ISR des conseillers clients de deux banques françaises. Une dernière étude sur l’ISR envisage les motivations des investisseurs particuliers à choisir des fonds ISR. Elle compare notamment les choix de deux populations (investisseurs conventionnels et investisseurs ayant des fonds ISR dans leur portefeuille) dans un jeu d’investissement avec des fonds réels et un gain potentiel de 5.000 e.
Le chapitre 5 saisit les suggestions des débats récents sur les rémunérations socialement responsables et dresse un portrait de l’acceptabilité sociale de la rémunération des dirigeants et celle des politiques de rémunération générales d’une entreprise.
Le principal résultat indique l’existence de groupes de personnes qui sont déterminés par des points de vue personnels sur la justice des rémunérations.
La troisième étude empirique est présentée dans le Chapitre 6. Elle introduit un jeu expérimental (le dilemme conceal-reveal) qui permet l’étude des gens qui ont le choix entre révéler et cacher des avantages qu’ils ont reçues et qui seraient jugés comme non méritée par d’autres.
Le résultat principal est que les choix des gens ne reposent pas sur une analyse coûts-bénéfices et qu’en conséquence les incitations financières ne sont pas une motivation suffisante pour révéler les avantages qui ne sont pas mérités.
Enfin, les deux Chapitres 7 et 8 traitent des implications théoriques et pratiques de ces résultats empiriques.