Nos tutelles

CNRS Université de Toulouse

 

Le réseau des MSH

Réseau national des MSH

Rechercher



Langue            

Réseaux sociaux

Actualités Appels à Projets


Téléchargez la dernière Newsletter
du Service Partenariat et Valorisation
de la MSHS-T :
WHAT’S APPELS






Accueil du site > Accueil > Actualités

CNRS La lettre innovation.
Les MSH et leur réseau national au cœur de la valorisation de la recherche en SHS.

Actualité du 28/05/2020

CNRS La lettre innovation. Les MSH et leur réseau national au cœur de la valorisation de la recherche en SHS.

Partenariats, création d’entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l’innovation au CNRS.

Stratégie

Les MSH et leur réseau national au cœur de la valorisation de la recherche en SHS

Les Maisons des sciences de l’Homme (MSH) et leur réseau national ont vocation à dynamiser le transfert de connaissances des laboratoires de recherche en sciences humaines et sociales vers la société.

Au programme : partage et harmonisation des bonnes pratiques, au bénéfice de l’innovation sociale. illustration

Un entretien avec Chiara Chelini, ingénieure d’étude CNRS et animatrice de communautés du Réseau national des MSH :

Quel est le rôle du Réseau national des Maisons des sciences de l’Homme (RnMSH) ?

Chiara Chelini  : Les Maisons des sciences de l’Homme (MSH) ont pour vocation de favoriser la collaboration entre des laboratoires de recherche en sciences humaines et sociales.
Certaines d’entre elles accueillent des unités de recherche comprenant des chercheurs issus des établissements d’enseignement supérieur et du CNRS.
Le Réseau national des Maisons des sciences de l’Homme (RnMSH) s’est principalement constitué dans les années 1990 et 2000. Avec ses 22 maisons, il constitue un accélérateur de la transformation des sciences humaines et sociales, basé sur l’interdisciplinarité et la logique de projets.
Les MSH sont majoritairement des unités de service et de recherche qui associent le CNRS et les établissements d’enseignement supérieur des sites académiques où elles sont implantées. Elles nouent fréquemment des partenariats avec les acteurs territoriaux.
....

Pouvez-vous donner quelques exemples de projets de valorisation ?

C.C. : La valorisation concerne des domaines très divers, qui touchent à des questions sociétales, économiques, culturelles et technologiques.

À Besançon, la Maison des sciences de l’Homme et de l’environnement (MSHE) est porteuse du projet Ortep (Observatoire régional des territoires, des entreprises et des populations), très interdisciplinaire et dont l’objectif est double. D’une part, documenter et étudier, à l’échelle de la région, les dynamiques du territoire sur les plans démographique, économique, social et environnemental. D’autre part, développer sur cette base une fonction de conseil et d’aide à la décision auprès des entreprises et collectivités territoriales, afin d’améliorer l’attractivité du territoire.

La Maison des sciences de l’Homme et de la société (MSHS) de Poitiers et l’agence coopérative en innovation sociale Ellyx ont créé en 2019 le laboratoire commun Destins pour développer des connaissances, des méthodes et des outils au service de l’innovation sociale. Ses résultats seront transférés aux entreprises, aux collectivités locales et aux services publics.

Plus technologique, le projet Nomadhiss « Nouveau mode d’approche et de découverte de l’histoire par l’immersion, le sensible et le sensoriel », porté par la MSH Lyon Saint-Étienne, veut replacer l’humain et le sensoriel au centre de la restitution historique. Nomadhiss souhaite fournir une restitution numérique et immersive de certains lieux historiques en 5D, ajoutant à la dimension visuelle 3D, les ambiances sonores et la possibilité de se déplacer dans la maquette à la première personne.

Enfin, Simulauto est un simulateur de conduite installé à la Maison des sciences de l’Homme et de la société de Toulouse (MSHS-T). Il est dédié à l’expérimentation de la coopération du conducteur avec une voiture semi-autonome. En s’appuyant sur une approche centrée sur l’humain, ce simulateur permet d’étudier, avec des technologies et des méthodes issues des sciences cognitives, le processus de reprise de conscience et d’attention dans le conducteur des voitures semi-autonomes.

Lire la suite ...