Nos tutelles

CNRS Université de Toulouse

 

Le réseau des MSH

Réseau national des MSH

Rechercher



Langue            

Réseaux sociaux

Actualités Appels à Projets


Téléchargez la dernière Newsletter
du Service Partenariat et Valorisation
de la MSHS-T :






Accueil du site > Accueil > Actualités

COVID-19 : la parité en recherche menacée ?

COVID-19 : la parité en recherche menacée ?

La situation actuelle due au COVID-19 affecte fortement femmes et hommes, mais le risque d’accroissement des inégalités est important.

Alors que des évolutions encourageantes ont été enregistrées ces dernières années, Elisabeth Kohler, directrice de la Mission pour la place des femmes au CNRS, détaille les points de vigilance concernant les possibles conséquences négatives pour les chercheuses, ingénieures et techniciennes de l’organisme.

La crise sanitaire et le confinement mettent en avant des problématiques de genre, les femmes étant souvent en première ligne face au coronavirus et en charge de nombreuses responsabilités familiales et tâches domestiques Ces questions sont soulevées au niveau de la société dans son ensemble. Qu’en est-il dans le monde de la recherche ?

Élisabeth Kohler  : Renforcée en temps de confinement, l’inégale répartition des tâches domestiques, du temps consacré aux enfants, surtout quand ils n’ont pas classe, de l’aide apportée aux proches, notamment âgés ou fragiles , etc. rend les femmes encore moins disponibles pour poursuivre la rédaction d’articles, leur habilitation à diriger des recherches, participer à des audio- ou visio-conférences (y compris des colloques scientifiques prévus initialement en présentiel) ou répondre à des appels d’offres. Un contexte encore aggravé pour celles qui doivent en même temps assurer la continuité de l’enseignement1.

Évidemment, cet alourdissement des tâches ne concerne pas toutes les femmes et n’épargne pas tous les hommes, mais certaines revues scientifiques ont déjà constaté une baisse des propositions de publications faites par les femmes et enregistrent une hausse de celles proposées par des hommes2, avec les répercussions qu’on peut imaginer sur le concours de recrutement et les promotions.

Un autre risque est lié au fait que, consciemment ou inconsciemment, les hommes ont tendance à s’échanger plus d’informations entre eux, à faire partie de plus de réseaux. Une partie de l’information échappe ainsi souvent aux femmes.

Lire la suite ...